Connecting Networks

Panne massive des numéros d’urgence

Pendant environ sept heures le 02 juin au soir, les numéros du Samu (15), de la police (17), des pompiers (18) et le numéro européen unique d’urgence (112) étaient quasiment inaccessibles. Orange, par l’intermédiaire de son PDG Stéphane Richard, avait alors présenté « ses plus vives excuses ». Puis, ce 04 juin en début de matinée, l’opérateur historique a annoncé avoir lancé une enquête interne « approfondie ».

 

Une annonce qui a précédé la réunion de la cellule interministérielle de crise. « Les choses sont rentrées dans l’ordre » et « la situation est redevenue sous contrôle au moment où je m’exprime », a déclaré Jean Castex vers 09H00, à l’issue de cette réunion qu’il a présidée.

« Nous déplorons des victimes qui sont susceptibles d’avoir été causées par ce grave incident », a confirmé le Premier ministre.

Le chef du gouvernement a insisté sur le fait qu’« il faudra établir très clairement la cause des faits qui se sont produits et surtout les moyens pour qu’ils ne se reproduisent plus ».

 

Pour l’heure, Orange a déjà lancé une enquête interne approfondie. L’inspection générale de l’opérateur téléphone « devra mener les investigations nécessaires pour identifier les causes précises de cet incident et émettre des recommandations pour tirer tous les enseignements nécessaires », a précisé Orange.

Des conclusions attendues d’ici sept jours. « En lien avec la cellule interministérielle de crise, nous avons mis en place hier soir une cellule dédiée afin de résoudre d’éventuels dysfonctionnements locaux qui pourraient apparaître », a ajouté l’opérateur téléphonique, alors que des « perturbations » subsistaient encore le 03 juin « de façon aléatoire ».

 

Interrogé sur l’origine de cette panne, Stéphane Richard a d’ores et déjà écarté l’hypothèse d’une cyberattaque. Cet incident est « plus probablement » dû à « une défaillance logicielle dans (les) équipements critiques de réseaux », c’est-à-dire des plateformes chargées d’acheminer des appels.

 

 

 Lire l'article

 

Source : Les Echos

 

 

 

 

FaLang translation system by Faboba