Connecting Networks

Articles in Category: Archives Rezopole

Les réseaux tiennent-ils en France ? Et en Europe ?

Le jeudi, 23 avril 2020. Posté dans Archives Rezopole

Les réseaux tiennent-ils en France ? Et en Europe ?

Que ce soit par le développement du télétravail, des visio-conférences ou des usages récréatifs, les Français sollicitent davantage les différents réseaux de Télécommunications, fixes comme mobiles, en cette période. Mais la situation semble sous contrôle en France.

 

Lors d’une interview par Les Dernières Nouvelles D’Alsace, Arthur Dreyfuss, président de la Fédération Française des Télécoms, explique : « Nous avons constaté dès les premières heures une augmentation sans précédent du nombre de connexions et cela se maintient tout au long du confinement. […] Le besoin de réseaux télécoms est vital pour travailler, pour se divertir, pour s’informer ».

Et d’après lui la France s’en sort mieux que certains de ses voisins. « Or à la différence d’autres pays européens, les réseaux en France tiennent, et contribuent à assurer la continuité du pays. […] C’est parce que les opérateurs ont investi 20 milliards en deux ans dans les infrastructures et ils s’engagent collectivement pendant cette période ».

Il indique également que « malgré les difficultés liées au confinement, les techniciens travaillent d’arrache-pied pour tenir les engagements, poursuivre les déploiements afin de mettre en service de nouvelles connexions, en particulier les antennes sur les 140 sites mobiles mutualisés en travaux. Mais nous faisons face à de nombreuses difficultés opérationnelles liées à la crise qui nous font évidemment prendre du retard ».

 

 

 Lire l'article

 

Source : Univers Freebox

 

 

 

 

Bouygues s’attaque au prix du réseau fibre de SFR

Le vendredi, 17 avril 2020. Posté dans Archives Rezopole

Bouygues s’attaque au prix du réseau fibre de SFR

Dans le cadre du plan France Très haut débit, l’opérateur au carré rouge s’est engagé à couvrir environ 20 % des territoires moyennement denses en fibre, contre 80 % pour Orange. Ils ont toutefois l’obligation d’ouvrir ces réseaux aux autres opérateurs, à “prix raisonnable” au regard de l’Arcep. Cependant, SFR a récemment décidé d’augmenter ses tarifs et la manœuvre a irrité l’état-major de Bouygues Telecom.

 

Bouygues Telecom, comme d’autres opérateurs, estime que les tarifs pratiqués par SFR n’ont plus rien de “raisonnables”. Au point que l’opérateur de Martin Bouygues a formellement déposé, il y a plus de deux mois, une demande de règlement de différend à l’Arcep. Dans le détail, le tarif de SFR dit de “cofinancement” est passé de 5,32 à 5,80 euros mensuels par ligne au 1er février. Le prix de location d’une ligne à l’unité a quant à lui grimpé de 16,40 à 16,73 euros par mois.

 

SFR était déjà plus cher qu’Orange avant son augmentation tarifaire. Des prix d’autant moins justifiés que se raccorder au réseau de l’opérateur au carré rouge s’avère, pour des raisons techniques, plus coûteux que chez Orange. Certains arguent que la stratégie de SFR vise à décourager ses rivaux de proposer des offres de fibre concurrentes dans la zone moyennement dense.

 

Ce risque a d’ailleurs été récemment évoqué par le président de l’Arcep, Sébastien Soriano, : « Il y a aujourd’hui, dans les zones privées, un travail en cours de l’Arcep, puisqu’un des grands opérateurs qui déploie la fibre a des pratiques tarifaires qui posent question. Je veux dire que nous y travaillons. L’Arcep ne laissera pas de passager clandestin dans le système. Elle ne laissera pas un acteur profiter de la situation pour pratiquer des prix plus élevés en ayant instauré un monopole privé. Comptez bien sur l’Arcep pour remettre les points sur les “i” à ce sujet ».

 

Un bon connaisseur du secteur tempère toutefois les critiques visant SFR. D’une part, il argue que l’opérateur de Patrick Drahi dispose d’une base de coûts plus élevée qu’Orange. D’autre part, il se demande pourquoi Bouygues Telecom ne sollicite l’Arcep qu’aujourd’hui, alors que le prix de location de la ligne de SFR est resté stable depuis 2012. Il estime aussi que Bouygues Telecom aurait aussi pu choisir de coinvestir, au moins en partie, avec SFR, au lieu de recourir uniquement à la location de lignes à l’unité. Quoi qu’il en soit, c’est désormais au régulateur d’arbitrer.

 

 

 

 Lire l'article

 

Source : La Tribune

 

 

 

 

Confinement : les réseaux ont globalement bien tenu

Le vendredi, 17 avril 2020. Posté dans Archives Rezopole

Confinement : les réseaux ont globalement bien tenu

Une saturation des réseaux Internet a été évoquée à plusieurs reprises au début du confinement. Un risque globalement inexistant hormis localement sur des antennes mobiles sur-sollicitées. C’est ce que vient de révéler nPerf dans une étude spécialement dédiée à l’impact du confinement sur les débits Internet. Le spécialiste de l’évaluation des connexions observe ainsi un léger affaissement des performances sur les réseaux mobiles mais celles des connexions fixes n’ont pas faibli.

 

En effet, les réseaux mobiles en zone résidentielle n’étaient pas vraiment taillés pour encaisser un surcroît de trafic du jour au lendemain. Beaucoup plus utilisés qu’en temps normal et le partage d’une même antenne par tous les riverains ont fait qu’ils n’ont pas pu délivrer leurs performances habituelles.

Une baisse des débits moyens de 10 %, soit 4 Mb/s, est observée en moyenne sur la fin mars. Accompagné d’un tassement sur les performances en navigation, notamment chez Orange et Free, tandis que le streaming reste stable. L’ensemble reste malgré tout “très acceptable” chez les 4 opérateurs, estime nPerf.

 

En revanche, le confinement n’a pas vraiment eu d’impact négatif sur les débits Internet fixe. Selon les tests compilés, l’ensemble a même eu tendance à s’améliorer fin mars. C’est le cas chez Bouygues Telecom, SFR et Orange, avec une exception du côté de Free.

En fibre, les débits Internet sont restés globalement stables chez Orange et Free. De son côté, SFR affiche une progression constante depuis le début de l’année qui ne s’est pas démentie malgré le confinement. Quant à celles de Bouygues Telecom, elles sont également orientées à la hausse en fin de trimestre.

 

 

 Lire l'article

 

Source : Ariase

 

 

 

 

Itinérance 2G / 3G : prolongation pour Orange et Free ?

Le jeudi, 09 avril 2020. Posté dans Archives Rezopole

Itinérance 2G / 3G : prolongation pour Orange et Free ?

Alors même que son réseau n’était pas encore construit, Free Mobile a pu jouer un vrai rôle de quatrième opérateur Télécom sur le marché français dès son arrivée en 2012. Comment ? Grâce à l’accord d’itinérance 2G / 3G négocié avec Orange.

Un accord validé par l'Arcep à la condition que celui-ci ne soit que temporaire. Il était donc prévu que l’itinérance entre Orange et Free se termine fin 2020 mais les deux opérateurs viennent de demander une prolongation jusqu’à fin 2022.

 

Le 24 février dernier, l’Arcep a en effet indiqué avoir reçu un avenant annonçant une prolongation jusqu’au 31 décembre 2022. Cet avenant est justifié par « l’impossibilité pour Free Mobile de rattraper le standard de couverture du marché qui a nettement augmenté avec l’accord de mutualisation Crozon et les obligations New Deal malgré un déploiement très volontariste ».

Free fait aussi valoir le besoin d’une couverture 2G afin de maintenir un certain nombre d’abonnés en 2G mais sans avoir les moyens de déployer un réseau. De plus, les autres opérateurs maintiennent la 2G comme « technologie de repli dans certaines situations, notamment en indoor aux heures de pointe ».

 

Une nouvelle qui ne va qui ne va pas être bien accueillie par Bouygues Telecom et SFR. En effet, ils n’ont cessé de dénoncer l’accord d’itinérance entre leurs concurrents, le considérant comme un avantage concurrentiel pour Free.

Les représentants de SFR fustigent déjà le choix de Free de vouloir distribuer des dividendes et d’essayer de faire perdurer cet accord au lieu d’investir dans ses réseaux.

SFR et Bouygues Telecom ont annoncé suspendre le versement de dividendes, mais c’est aussi pour bénéficier des aides gouvernementales liées à la mise au chômage partiel d’une partie du personnel.

 

 

 

 Lire l'article

 

Source : Génération NT

 

 

 

 

Déploiement 4G : pas d’impact du COVID-19 en mars

Le jeudi, 09 avril 2020. Posté dans Archives Rezopole

Déploiement 4G : pas d’impact du COVID-19 en mars

Les données publiées par l’Agence nationale des fréquences pour le mois de mars, montre que la crise sanitaire n’a pas vraiment eu d’impact visible en chiffres sur le déploiement de la 4G.

En effet, l’ANFR comptabilisait au 1er avril une hausse de 1 % des demandes d’autorisations et des activations de sites 4G d’un mois sur l’autre. Soit la cadence habituellement constatée mais les restrictions n’ont été mises en place que mi-mars et il peut y avoir un délai entre l’installation d’une antenne et son activation…

 

L’impact risque d’être observable dans les données des mois à venir puisque les opérateurs donnent désormais la priorité à la maintenance et au redimensionnement de leurs réseaux. L’objectif étant de faire face à la forte sollicitation des réseaux – voix et données – ainsi qu’à la nouvelle donne géographique induite par le confinement.

La loi d’Urgence votée pour faire face aux conséquences de l’épidémie de coronavirus comporte un volet infrastructures numériques à destinations donc des opérateurs mobiles. Ils pourront recourir à une « procédure simplifiée pour des sites qui permettront d’assurer une continuité de service ». Toutefois, cette initiative est trop récente our figurer dans le bilan de mars, « la demande d’autorisation des sites autorisés au 1er avril ayant été reçue avant que ce dispositif ne soit applicable », explique l’ANFR.

 

Concernant les implantations recensées par l’Agence, Orange s’est montré le plus dynamique en mars, avec 350 nouveaux sites, suivi par SFR (276), Free (251) et Bouygues Telecom (83). L’opérateur historique conserve le leadership en nombre de sites 4G exploités (21 830), devant SFR (19 000), Bouygues Telecom (18 188) et Free (15 586).

 

S’agissant du nombre d’antennes activées, la donne est légèrement différente. Orange domine là aussi avec 1 481 nouvelles activations. Mais c’est Free que l’on retrouve derrière avec 1 016 antennes allumées. L’activité a été sensiblement moins intense en mars chez SFR (553) et Bouygues Telecom (352).

 

 

 

 Lire l'article

 

Source : DegroupNews

 

 

 

 

Vous avez dit Backbone ?

Le lundi, 06 avril 2020. Posté dans Archives Rezopole

Vous avez dit Backbone ?

Internet est composé de liaisons d’accès qui acheminent le trafic vers des routeurs à large bande passante et accompagnent le trafic de sa source vers sa destination en empruntant le meilleur chemin disponible.

Afin de garantir l’acheminement du trafic Internet partout dans le monde, il faut interconnecter ces réseaux individuels de fibres optiques à haut débit. On appelle donc cette interconnexion backbone ou dorsale Internet. Chaque réseau appartient à des opérateurs Internet, généralement privés, de niveau 1 (Tier 1) et dont les réseaux sont reliés entre eux.

 

Ces opérateurs Internet de niveau 1 créent un réseau mondial unique en regroupant leurs réseaux longue distance permettant à chacun d’entre eux d’accéder à l’ensemble de la table de routage Internet. Ils peuvent ainsi acheminer efficacement le trafic vers sa destination en passant ensuite par une succession de fournisseurs locaux, de niveau 2 et 3. Ces opérateurs de backbone utilisent tous le même protocole de réseau partagé : TCP (Transmission Control Protocol)/IP (Internet Protocol).

 

Les réseaux de ces opérateurs Tier 1 sont connectés au niveau des IXP (Internet Exchange Point). Ces nœuds d’échange, étant équipés de commutateurs et de routeurs à haut débit, permettent d’acheminer le trafic entre les peers (participants connectés sur le nœud d'échange utilisant le protocole BGP pour faire du trafic). Ces points d’interconnexion sont souvent la propriété de tiers, parfois à but non-lucratif, facilitant ainsi l’unification du backbone.

Les opérateurs de niveau 1 participants à l’IXP contribuent à leur financement, mais ne se facturent pas mutuellement de frais pour le transport du trafic des autres opérateurs de niveau 1. Ce type de relation est appelé « peering ou échange de trafic sans accord ». Le peering évite les éventuels litiges financiers qui pourraient avoir un impact sur la performance de l’Internet.

 

Il existe des opérateurs de niveau 2 (Tier 2) et de niveau 3 (Tier 3), plus petits. Les opérateurs Tier 3 permettent à des entreprises et à des consommateurs d’accéder à Internet. N’ayant pas d’accès propre à la dorsale Internet, ces opérateurs de niveau 3 passe des contrats avec des fournisseurs d’accès de niveau 2 ou régionaux qui disposent de leurs propres réseaux pour acheminer le trafic vers une zone géographique limitée.

L’accès ne concernant pas tous les dispositifs connectés à Internet, les fournisseurs de niveau 2 passent quant à eux des contrats avec les fournisseurs de niveau 1 pour disposer d’un accès au backbone mondial.

En résumé, le trafic provenant d’un ordinateur situé d’un côté de la planète peut se connecter à un ordinateur connecté de l’autre côté de la planète en envoyant le trafic à un opérateur de niveau 3. Celui-ci l’achemine à un opérateur de niveau 2 qui le redirige vers un opérateur de backbone de niveau 1. Celui-ci le redirige alors vers l’opérateur de niveau 2 approprié. Lui-même envoi ce trafic à un opérateur de niveau 3 qui livre le trafic à l’ordinateur de destination.

 

 

 

 Lire l'article

 

Source : Le Monde Informatique

 

 

 

 

Fibre : la filière appelle le gouvernement à l’aide

Le jeudi, 02 avril 2020. Posté dans Archives Rezopole

Fibre : la filière appelle le gouvernement à l’aide

Avec la crise du coronavirus, le Plan France Très haut débit, visant à offrir à tous les Français une connexion Internet fixe ultra-rapide à l’horizon 2022, est menacé. Cet énorme chantier a en effet fortement ralenti avec les mesures de confinement.

Le président d'InfraNum, Étienne Dugas, alerte ainsi « Si on ne fait rien, tout pourrait s’arrêter d’ici deux semaines. En bout de chaîne, énormément de TPE et de PME pourraient tomber ». Au-delà de la casse économique et sociale, il estime qu’il faudra des mois pour restructurer la filière et relancer ainsi la machine une fois l’épidémie passée.

 

Pour éviter un tel scénario, Étienne Dugas, juge indispensable de maintenir l’activité du déploiement de la fibre au niveau actuel. Il a donc demandé le soutien de l’exécutif le 1er avril dernier lors d’une réunion entre les représentants des Télécoms et les ministres en charge de la Cohésion des territoires et des Relations avec les collectivités territoriales.

 

Pour InfraNum comme pour la Fédération Française des Télécoms (FFT), il est indispensable que le gouvernement publie dès que possible son guide Covid-19 pour le BTP afin de fournir un cadre permettant aux ouvriers déployant la fibre de travailler en sécurité. D’autant que d’après InfraNum et la FFT les masques de protection FFP1 sont suffisants.

 

Autre sujet de préoccupation des industriels : beaucoup de sous-traitants ne peuvent plus travailler faute d’accord des collectivités. Tandis que d’autres peinent à accéder aux immeubles pour les raccorder à la fibre. Infranum demande donc que le gouvernement prenne des mesures pour lever ces freins.

 

Enfin, un appel a été lancé afin d’aider financièrement la filière de la fibre pour maintenir à flot les sous-traitants les plus fragiles. Selon Étienne Dugas, les grands opérateurs doivent aussi « faire un effort pour permettre à la filière de survivre à ce tsunami ».

Interrogé à ce sujet, le DG de la FFT, Michel Combot, souligne quant à lui que « la crise a un impact sur le chiffre d’affaires des opérateurs ». D’après lui, les Orange, SFR et Bouygues Telecom réfléchissent aux moyens d’épauler leurs propres chaînes de sous-traitants. « Des discussions sont en cours. Les opérateurs pourraient prendre différents types de mesure, des efforts sur les délais de paiement par exemple. Nous sommes bien conscients de notre responsabilité globale ».

 

 

 

 Lire l'article

 

Source : La Tribune

 

 

 

 

Internet : pas de problème de congestion en Europe

Le jeudi, 02 avril 2020. Posté dans Archives Rezopole

Internet : pas de problème de congestion en Europe

Le 30 mars dernier, l’agence de régulation des télécommunications de l’Union européenne (ORECE) a déclaré qu’aucun problème majeur de congestion d’Internet ne s’était produit depuis le début de la crise sanitaire liée au Covid-19 : « Les opérateurs de réseaux ont été en mesure de faire face à cette charge de trafic supplémentaire ». Si le trafic global sur les réseaux fixes et mobiles a considérablement augmenté, aucun temps d’arrêt majeur n’a été enregistré à travers l’Europe en raison d’une éventuelle surconsommation de la bande passante, a-t-elle expliqué.

 

Une déclaration qui intervient après les prédictions inquiétantes de plusieurs experts selon lesquelles l’infrastructure Internet pourrait ne pas faire face à l’augmentation du trafic.

Même si quelques problèmes d’accès à Internet ont été « observés et atténués », ils ont été jugés « locaux et temporaires ». Aucun incident sortant de l’ordinaire n’a été observé par l’agence qui, par ailleurs, félicite les opérateurs de Télécommunication de certains pays membres pour avoir mis en œuvre des mesures spécifiques.

 

Dans certains États membres de l’UE, l'ORECE a remarqué « une stabilisation du trafic », mais également « une diminution du trafic de pointe ». Cette diminution est attribuée aux « mesures de réduction du trafic » mises en place par « certains des plus grands CAP », terme désignant les fournisseurs de contenu et de services Internet.

En effet, l’agence a demandé officiellement il y a deux semaines aux services de streaming vidéo de réduire la qualité de service pour les utilisateurs européens afin d’éviter de surcharger l’architecture Internet de l’UE. Les premiers à s’entendre ont été Netflix et YouTube et ont commencé à fournir des flux SD. Amazon Prime Video, Disney+ et Facebook ont répondu par la suite et ont également plafonné la qualité du streaming vidéo pour l’UE.

Bien que n’ayant pas été approchés par les responsables de l'ORECE, Akamai, Microsoft et Sony ont également ralenti les téléchargements de jeux vidéo pendant les heures de pointe pour éviter de congestionner l’infrastructure Internet lors de la mise à disposition d’un nouveau jeu ou d’une mise à jour déployée pour des millions d’utilisateurs.

 

Certains experts ont cependant critiqué publiquement l’appel de l’agence, fustigeant une panique inutile. Plusieurs fournisseurs de services Internet ont déclaré que la dorsale Internet avait été spécialement conçue pour des moments comme ceux-ci et qu’elle est donc conçue pour supporter des volumes de trafic soudains et très importants.

 

 

 

 Lire l'article

 

Source : ZDNet

 

 

 

 

La FFT appelle à une “responsabilité numérique”

Le vendredi, 20 mars 2020. Posté dans Archives Rezopole

La FFT appelle à une “responsabilité numérique”

En raison du confinement lié à l’épidémie de coronavirus, les opérateurs de télécommunications s’attendent à une montée en charge de leurs infrastructures.

Invité de franceinfo le 17 mars dernier, le président de la Fédération Française des Télécoms, Arthur Dreyfuss, appelle à une “responsabilité numérique” pour éviter toute saturation. Il prévient que les opérateurs “pourraient avoir besoin de s’adapter” et de “prioriser” certains usages pour faire face à ces pics de connexions.

 

franceinfo : Les infrastructures vont-elles tenir le choc ?

Arthur Dreyfuss : Plus de 15 000 techniciens et ingénieurs de tous les opérateurs télécoms sont mobilisés pour que les réseaux tiennent pour les prochains jours, semaines, voire mois. Nous entrons dans une ère de discipline sociale et il faut aussi entrer dans une période de responsabilité numérique, individuelle et collective. La situation est tout à fait inédite. L’essentiel de la population sera au même moment, pendant toute la journée, pendant les semaines et mois qui arrivent, à la maison.

Nous nous apprêtons à connaître une hausse comme nous n’en avons jamais connue. Les opérateurs sont pleinement mobilisés et nous travaillons d’arrache-pied pour faire en sorte qu’ils puissent fonctionner.

 

Cela veut dire qu’il faut rationner sa consommation numérique ?

Non, mais il y a des gestes du quotidien à appréhender. À la maison par exemple, il vaut mieux se mettre en Wi-Fi pour téléphoner, travailler, communiquer, s’informer. Ceci permet de passer sur les réseaux fixes ayant une capacité plus importante que les réseaux mobiles.

 

Mais nous allons cumuler télétravail, enseignement à distance pour les enfants, loisirs numériques… Les réseaux ne vont-ils pas être en surchauffe ?

Nous sommes habitués à absorber des pics de consommation, mais nous allons vivre avec une hausse continue de la consommation. L’ensemble des particuliers, des entreprises doivent s’adapter et prioriser. C’est une responsabilité collective.

 

Les opérateurs pourraient-ils en arriver à brider les usages les plus consommateurs ?

Dans cette période, les priorités sont la santé de la population, le travail à la maison, la poursuite de la vie économique… Nous pourrions effectivement avoir besoin de nous adapter pour répondre à ces priorités et nous allons travailler avec l’ensemble des acteurs pour nous adapter s’il en était besoin.

C’est comme les chassés-croisés sur l’autoroute fin juillet, début août. Il faut savoir adapter sa consommation comme on a parfois l’habitude d’adapter sa circulation.

 

 

 

 Lire l'article

 

Source : franceinfo

 

 

 

 

La Vendée accueille le câble sous-marin de Google

Le vendredi, 20 mars 2020. Posté dans Archives Rezopole

La Vendée accueille le câble sous-marin de Google

Long de 6 600 kilomètres reliant les États-Unis à la France, le futur câble sous-marin privé transatlantique de Google appelé “Dunant” doit entrer en service d’ici la fin de 2020. Orange, partenaire du géant californien, a posé le 13 mars dernier le tronçon d’arrivée en Vendée.

 

Pour se relier au réseau terrestre existant, le câble s’achève dans une “station d’atterrissement” près d’une plage sur la commune de Saint-Hilaire-de-Riez. Cette installation souterraine a été aménagée dans un bunker à plus de 10 mètres sous terre, construit à l’origine pour un câble de l’Otan. Le bunker était en sommeil depuis 2016, date à laquelle il a accueilli son dernier câble, “Eurafrica”, reliant la France, le Maroc et le Portugal. Des travaux de même nature vont avoir lieu prochainement à l’autre extrémité du câble c’est-à-dire à Virginia Beach en Virginie.

 

Premier câble entre les États-Unis et la France depuis quinze ans, Dunant doit permettre de faire face à la forte hausse du trafic prévue entre les centres de données de Google de part et d’autre de l’Atlantique.

Les paires de fibres disposeront d’une capacité de 30 Tbps chacune contre 3,2 Tbps offerts par le précédent câble transatlantique opérationnel depuis 2001. Orange bénéficiera de deux paires de fibres optiques.

 

Par ailleurs, Google a inauguré fin 2019 un premier câble, baptisé “Curie”, entre les États-Unis et le Chili. Un troisième, “Equiano”, est programmé entre le Portugal et l’Afrique du Sud.

 

 

 

 Lire l'article

 

Source : L'Usine Nouvelle

 

 

 

 

COVID-19 : maintien de l'activité Rezopole

Le mardi, 17 mars 2020. Posté dans Archives Rezopole

COVID-19 : maintien de l'activité Rezopole

Suite aux annonces du Gouvernement concernant la pandémie du Coronavirus / COVID-19, le bureau de Rezopole (16, rue de la Thibaudière 69007 Lyon) est fermé jusqu’à nouvel ordre.

Dans le cadre du plan de continuité et afin de maintenir opérationnel les différents IXP / NAP (LyonIX, GrenoblIX, AnnecIX & APIX), les équipes restent mobilisées en télétravail et joignables par les canaux habituels (email, téléphone, visioconférence).

 

Pour les membres de Rezopole ayant une question technique urgente, veuillez contacter : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. ou appelez-le +33 4 27 46 00 55.

 

Nous vous tiendrons informés au fur et à mesure de l’évolution de la situation.

 

Vous souhaitant bon courage pendant cette période.

 

L’équipe Rezopole

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

+33 4 27 46 00 50

 

 

 

 

Télétravail : profitez des outils Rezopole

Le mardi, 17 mars 2020. Posté dans Archives Rezopole

Télétravail : profitez des outils Rezopole

Échanger des documents, appeler en visioconférence ou simplement rester en contact avec ses collègues, le télétravail demande un peu d’adaptation.

 

C’est pourquoi afin de faciliter le travail à distance, Rezopole vous propose d’utiliser gratuitement deux outils : Nextcloud & Jitsi.

  • Nextcloud est un service de partage de fichiers collaboratif : nextcloud.rezopole.net
  • Jitsi est un service de visioconférence, les ressources hardware ont été augmentées pour supporter une charge importante : meeting.rezopole.net

 

 

 

 

 

La Région AuRA s'engage pour plus de mixité dans l'IT

Le vendredi, 13 mars 2020. Posté dans Archives Rezopole

La Région AuRA s'engage pour plus de mixité dans l'IT

Malgré des offres d’emploi IT en constante progression, la population féminine est sous-représentée dans ce secteur. L’enquête Gender Scan présentée, en novembre dernier, confirmait même un recul du taux de féminisation dans le Numérique tant au niveau des diplômes obtenus que sur leur accès à l’emploi.

 

La Région Auvergne-Rhône-Alpes a donc lancé un appel à projets “Actions et formations” afin d’augmenter la proportion des femmes dans l’IT.

Ce dispositif vise à soutenir, par des subventions de fonctionnement, des plans d’actions pour encourager la mixité dans le numérique en Auvergne-Rhône-Alpes. Les dossiers de candidatures devront être déposés avant le 15 mars prochain dans l’une des catégories suivantes : la sensibilisation, la formation professionnelle et l’accompagnement vers l’emploi.

 

La Région retiendra et soutiendra financièrement 3 dossiers – le meilleur dossier dans chacune des trois catégories – pour une enveloppe totale de 40 000 euros.

Les propositions seront mises en œuvre pendant un an maximum, à compter de la date de signature de la convention attributive de subvention. Le taux d’aide ne pouvant dépasser 50 % du budget total du projet.

 

 

 

 Lire l'article

 

Source : Le Monde Informatique

 

 

 

 

Internet : niveaux records de trafic sur le réseau

Le vendredi, 13 mars 2020. Posté dans Archives Rezopole

Internet : niveaux records de trafic sur le réseau

Le 10 mars dernier, les échanges Internet dans le monde entier ont enregistré des pics de trafic. Deux raisons à ce niveau record : l’utilisation accrue d’Internet liée à la propagation du Coronavirus et la sortie d’un nouveau jeu Call of Duty.

 

Une des stratégies clés pour ralentir la propagation du virus est la distanciation sociale et l’évitement des foules. De nombreuses entreprises ont déjà demandé à leurs employés de travailler à domicile. Cette tendance devrait s’accentuer dans les jours à venir avec l’augmentation du nombre de cas aux États-Unis et en Europe. Parallèlement, les universités se tournent vers la prestation de cours en ligne.

Ces décisions accroissent donc leur dépendance aux réseaux de données permettant la diffusion de vidéos en continu et la collaboration. Kentik, société d’exploitation de réseaux, a déclaré qu’elle avait « constaté une augmentation d’environ 200 % des vidéoconférences pendant les heures de travail » en Amérique du Nord et en Asie.

 

Cette augmentation du trafic commercial est entrée en collision avec la sortie de “Call of Duty : Warzone” le mardi 10 mars. La sortie de ce jeu a provoqué des encombrements et des retards sur les principaux réseaux Internet, ainsi qu’un trafic record.

DE-CIX de Francfort, l’un des points d’interconnexion les plus actifs au monde, a annoncé mardi soir un nouveau pic de trafic de plus de 9,1 térabits par seconde, soit une augmentation de 800 gigabits par seconde (Gbps) par rapport à il y a deux semaines.

« Que ce soit pour échanger des informations, diffuser des films en streaming, jouer à des jeux en ligne, ou la situation exceptionnelle que vivent actuellement les gens avec le virus COVID-19, l’utilisation d’Internet joue un rôle de plus en plus important », a déclaré le Dr Thomas King, directeur de la technologie du DE-CIX.

 

L’utilisation d’Internet va probablement encore augmenter dans les jours à venir, car de plus en plus d’entreprises adoptent le télétravail et les systèmes scolaires commencent à proposer des cours en ligne.

« Alors que le monde fait face à l’incertitude, l’économie numérique continue de permettre à l’économie mondiale de continuer à évoluer. […] Le télétravail par vidéoconférence sur des applications telles que Zoom, Microsoft Teams, Cisco et Slack sont des exemples clés de nos clients qui aident les plus grandes entreprises mondiales à permettre et à mener des activités commerciales » a déclaré Marc Ganzi, PDG de Digital Bridge, qui fait partie de Colony Capital d’entreprises d’infrastructures numériques, comprenant les opérateurs de fibre, de tours de téléphonie cellulaire et de centres de données DataBank et Vantage.

 

 

 

 Lire l'article

 

Source : Data Center Frontier

 

 

 

 

Aperezo #63 : reporté

Le vendredi, 13 mars 2020. Posté dans Archives Rezopole

Aperezo #63 : reporté

En raison du trop grand nombre d’incertitudes liées à la pandémie du Coronavirus / COVID-19 et par mesure de prévention, Rezopole a pris la décision de reporter l'Aperezo du 18 mars prochain. La protection de toutes les parties prenantes restant notre priorité.

 

La date de report vous sera communiquée dès que possible.

Vous remerciant pour votre compréhension et en espérant vous retrouver très bientôt.

 

 

Le service Communication

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

+33 4 27 46 00 53

 

 

 

 

FaLang translation system by Faboba