Connecting Networks

Articles taggés avec : telecom

Fibre : hausse des importations chinoises

Le vendredi, 13 décembre 2019. Posté dans News Rezopole

Fibre : hausse des importations chinoises

Les fabricants de câbles en fibre optique dédiés aux Télécoms se félicitaient encore d’un fort essor des ventes en avril dernier mais depuis l’activité s’est dégradée. Les industriels en pointe dans ce domaine, comme Nexans ou Acome, ont vu leurs livraisons baisser au troisième trimestre. C’est en tout cas ce que constate le Syndicat professionnel des fabricants de fils et câbles électriques et de communication (Sycabel) « Le très fort ralentissement des livraisons de câbles à fibre optique, de l’ordre de 20 % au troisième trimestre 2019 – et ce pour la première fois depuis le troisième trimestre 2011 – suscite l’inquiétude, alors même que les déploiements dans l’Hexagone s’accélèrent, déplorent ses membres. Cette baisse brutale – voire interruption – des livraisons soulève une vive préoccupation dans nos rangs, tant au niveau de la gestion industrielle et de l’emploi que de la pérennité des investissements réalisés en France ».

 

Pourquoi les commandes ne suivent-elles pas alors que les déploiements des réseaux de fibre vont bon train ? D’après le Sycabel, de nombreux acteurs du déploiement de la fibre s’approvisionnent désormais en Chine, et dans une moindre mesure en Corée du Sud. « Ces entrées en douanes atteignent en juillet 2019 un niveau très élevé et représentent 45 % de la production de câbles à fibre optique du Sycabel, alors qu’il était de 13 % en 2017 et 23 % en 2018 ».

 

Jacques de Heere, PDG d'Acome et vice-président du Sycabel, fait grise mine. « Les usines tournent au ralenti, et certaines vont fermer d’ici la fin de l’année […] nous avons très fortement ralenti notre production. Depuis un an, celle-ci a été plus que divisée par deux ».

 

S’il n’est pas interdit d’acheter des câbles chinois, Jacques de Heere et le Sycabel ont « de sérieux doutes » sur le fait que ces produits étrangers respectent le cahier des charges stricte imposés aux acteurs français. « Nous voulons que tout le monde soit soumis aux mêmes règles », poursuit Jacques de Heere. Le dirigeant brandit le risque que certains territoires se retrouvent avec des réseaux de piètre qualité, moins performants, moins durables, et davantage susceptibles d’essuyer des pannes.

 

 

 Lire l'article

 

Source : La Tribune

 

 

 

 

Les opérateurs alternatifs étrillent le plan France THD v2

Le vendredi, 13 décembre 2019. Posté dans News Rezopole

Les opérateurs alternatifs étrillent le plan France THD v2

Le gouvernement envisage de changer les règles du projet Guichet France THD pour apporter la fibre optique en zone rurale. Avec le durcissement des modalités de subventions, ce nouveau cahier des charges a déjà fait bondir les collectivités. Et il ne passe pas non plus du côté des acteurs Télécoms d’entreprise.

 

En effet, pour l’Association des Opérateurs Télécoms Alternatifs (AOTA) et la Fédération des entreprises du bureau et du numérique (EBEN), les propositions de l’exécutif envoient même « des signaux très négatifs et profondément inquiétants pour la compétitivité des entreprises situés en dehors des zones très denses ». Elles réclament donc une “correction” du projet mis en consultation jusqu’au 23 décembre. L’AOTA et EBEN pointent notamment la remise en question du financement de la collecte, et donc de l’existence d’offres activées à destinations des opérateurs de services numériques de proximité. Une autre inquiétude concerne l’exclusion de la desserte de sites prioritaires du périmètre éligible aux aides d’État.

 

Dans un marché entreprises “totalement anémique”, notamment marqué par les difficultés de Kosc et par la “reconstitution de la puissance de marché d’Orange”, les acteurs Télécom B2B poursuivent « plus généralement, ce nouveau cahier des charges est à l’exact opposé des mesures attendues ».

 

 

 

 Lire l'article

 

Source : DegroupNews

 

 

 

 

Des fréquences 5G trop chères pour les opérateurs

Le vendredi, 06 décembre 2019. Posté dans News Rezopole

Des fréquences 5G trop chères pour les opérateurs

Le 22 novembre dernier, les modalités d’attribution des fréquences de la bande 3,5 Ghz ont été arrêtées par l'Arcep. Deux jours plus tard, le gouvernement dévoilait quant à lui le prix de réserve en dessous duquel il n’entend pas céder la première portion de spectre dédiée au réseau mobile 5G. Et les opérateurs font la grimace : le prix plancher retenu leur apparaît beaucoup trop élevé.

4 ensembles de 50 MHz attribués à chacun des quatre opérateurs au prix fixe de 350 millions d’euros. Puis 11 blocs de 10 Mhz qu’ils se disputeront ensuite aux enchères, mise à prix 70 millions d’euros. Soit au total 2,17 milliards d’euros, alors qu’Orange, SFR, Bouygues Telecom et Free ne s’attendaient pas à voir ce prix de réserve dépasser les 2 milliards. L'Arcep militait même pour un prix de 1,5 milliard “grand maximum”.

Dans un entretien aux Echos, Agnès Pannier-Runacher présente pourtant ce montant comme “raisonnable”. Notamment au regard des sommes qu’on déboursé les opérateurs allemands ou italiens. La représentante de Bercy a aussi fait valoir que ce chiffre correspond à celui déterminé par la Commission des Participations et Transferts, laquelle « analyse le prix en dessous duquel le patrimoine des Français ne lui semble pas devoir être cédé ».

 

Un discours se heurtant à la réalité opérationnelle et financière de la 5G, ont réagi les opérateurs. « Cette décision n’est pas cohérente avec ce qui a été avancé ces derniers mois par le gouvernement », a fait savoir Arthur Dreyfuss, président de la FFT. Laquelle ne cesse de mettre l’État en garde contre une flambée des prix qui priverait les opérateurs des moyens d’investir ensuite dans le déploiement. Surtout que les obligations qui leur sont assignées en contrepartie de l’attribution des fréquences leur semblent trop ambitieuses.

 

Des fréquences 5G trop chères : un différend de plus sur la route du futur réseau mobile. Leurs désaccords y portent non seulement sur le prix de réserve, mais aussi sur la taille des blocs à prix fixe, le rythme de déploiement, les obligations de couverture en 5G ou encore la durée des licences. Une liste non exhaustive de revendications sur lesquelles le régulateur est loin d’avoir donné satisfaction au quatuor des Télécoms.

 

Contre l’avis de l'Arcep, qui penchait pour des blocs de 60 MHz, l’État a finalement opté pour 50 MHz. « Avec des blocs à 50 MHz, pour un total de 310 MHz, le risque est de voir un opérateur obtenir deux fois plus de fréquences qu’un autre », expliquait Sébastien Soriano, président de l’Arcep, dans Le Figaro. Bouygues Telecom et Free craignent en effet d’être perdants dans l’affaire étant moins bien armés financièrement pour surenchérir.

Iliad réclamait également la suppression du troisième jalon de déploiement de sites 5G – 12 000 à fin 2025 – pour les opérateurs qui n’obtiendraient pas ces fameux 60 MHz. L'Arcep n’y a pas donné droit mais cette obligation a été revue à la baisse, à 10 500 sites. Un ajustement reflétant les nombreuses critiques rencontrées par l’échéancier initial. Celui-ci supposait une accélération de 1 000 sites par an de 2020 à 2022 puis à 2 500/an en 2023-2024 puis 4 000/an pour la seule année 2025.

Injouable ont répondu Bouygues Telecom, Orange et Free invoquant des contraintes techniques, financières et administratives. Les opérateurs n’ont tout simplement pas les moyens de réaliser le “saut” de 4 000 sites initialement attendu en 2025, fait valoir Bouygues Telecom. Pour qui, du reste, « il n’existe pas non plus de besoins capacitifs de cette ampleur à cet horizon ».

 

8 000 sites en 2024 et 10 500 en 2025 finalement mais pas seulement en secteur urbain. L'Arcep entend s’assurer que le déploiement de la 5G bénéficiera aussi aux zones peu denses, conformément aux attentes du gouvernement. Le régulateur avait initialement proposé de faire porter cette obligation sur les 22 000 communes de zone de déploiement prioritaire (ZDP) telles que définies par la décision de 2015 sur l’attribution des fréquences 700 MHz.

Là encore, l’idée n’a pas fait l’unanimité. Bouygues Telecom n’y va pas par quatre chemins : « Les obligations de couverture sont très lourdes et incohérentes avec l’objet vendu ». Pour l’opérateur, la bande 3,4-3,8 GHz est destinée à des usages avant tout capacitaires, si bien que son utilisation « n’est pas pertinente en zones peu denses ».

Également évoquée par d’autres acteurs, une approche consistant à prioriser les déploiements 5G sur « des territoires dont on est sûr qu’ils ne bénéficieront pas du FttH avant une date à déterminer ». L’une des pistes évoquées par le Cerema ou encore par l’Assemblée des départements de France est d’utiliser la 5G fixe pour pallier les futures carences du très haut débit filaire.

Enfin, l’opportunité d’ajouter le périmètre ZDP à la toute fraîche liste des “Territoires d’Industrie” est suggérée par plusieurs acteurs : Cerema encore, mais aussi Banque des Territoires ou Orange. Un complément finalement retenu par l'Arcep dans son cahier des charges.

Dernier point de contestation de la part des opérateurs : l’attribution des licences 5G pour une durée initiale de quinze ans seulement, extensible de cinq ans après bilan de l’Arcep. L’Autorité estime que cette durée est « adaptée au niveau d’investissements requis pour remplir les obligations prévues par la procédure ». Pas Orange, Bouygues Telecom et SFR : le trio juge que cela ne suffira pas à rentabiliser leurs investissements.

 

 

 

 Lire l'article

 

Source : DegroupNews

 

 

 

Kosc : fiasco d’État dans les Télécom ?

Le jeudi, 28 novembre 2019. Posté dans News Rezopole

Kosc : fiasco d’État dans les Télécom ?

Kosc Telecom était la solution imaginée par les pouvoirs publics pour insuffler plus de concurrence au marché des télécoms dédié aux entreprises. À peine trois ans après son lancement, Kosc devrait déposer le bilan laissant une ardoise de 120 millions d’euros.

 

Après la fusion avec SFR, Kosc avait racheté une partie des activités de Numericable (Completel). Bpifrance avait injecté 9 millions d’euros et OVH était aussi actionnaire via un apport « en industrie ». L’idée était de faire de Kosc le troisième homme sur le lucratif marché des Télécom entreprises, détenu à 85 % par Orange et SFR.

En 2018, la Caisse des Dépôts et Consignation avait à son tour promis d’apporter 20 millions d’euros à Kosc. C’était sans compter sur un grain de sable : un procès perdu face à SFR et la menace de devoir lui verser 20 millions d’euros. Pour la Caisse, le risque était trop important et a décidé de se retirer du dossier ; entraînant la chute de l’opérateur télécoms.

 

Une nouvelle partie devrait se jouer à la barre du tribunal de commerce, avec de potentiels repreneurs. En effet, le secteur des télécoms a évolué depuis 2016 et Free ainsi que Bouygues Telecom se sont lancés à leur tour sur le marché des entreprises. La filiale de Bouygues serait d’ailleurs un candidat sérieux à la reprise de Kosc, et aurait à ce titre les faveurs d’OVH.

 

 

 

 Lire l'article

 

Source : Le Figaro

 

 

 

 

5G : 1,57 milliard d’utilisateur en 2025

Le lundi, 18 novembre 2019. Posté dans News Rezopole

5G : 1,57 milliard d’utilisateur en 2025

Le gâteau de la 5G devrait constituer une véritable manne pour tous les acteurs du secteur. La technologie 5G devrait générer pas moins de 13,2 billions de dollars en ventes d’ici à 2035, chiffres de l’institut IHS Markit à l’appui. Cette étude montre une augmentation de 1 billion de dollars des ventes 5G d’ici 2035 par rapport aux prévisions initiales publiées en 2017, estimées à 12,3 billions de dollars.

 

« Les conséquences profondes de ces innovations vont des effets positifs sur la productivité humaine et la productivité des machines à l’élévation du niveau de vie des populations dans le monde entier » a déclaré Bob Flanagan, directeur du service de consultation économique chez IHS Markit. De fait, l’institut révèle eégalement que la 5G devrait générer 22,3 millions d’emplois en 2035.

 

Les pays ne seront pas égaux concernant le développement de cette technologie. Responsable de la recherche au sein du groupement d’acteurs du marché des Télécommunication, Tim Hatt, confirme l’émergence d’un monde à plusieurs vitesses. « Ce sera un petit groupe de pays qui mènera l’adoption de la 5G et le reste du monde suivra ». En ciblant la Chine, les États-Unis, le Japon et la Corée du Sud parmi le groupement de tête des pays leader sur cette nouvelle technologie sans fil.

Ces quatre pays représenteront plus de la moitié des abonnés mondiaux aux réseaux mobiles 5G d’ici 2025, loin devant les pays du Vieux Continent, selon la GSMA. En cause : une demande moins forte chez les consommateurs européens que chez leurs homologues américains, japonais, chinois ou coréens.

 

Concernant les pays en développement, c’est la diffusion de la 4G qui affectera la vie de milliards de personnes pour les années à venir. Pour la GSMA, la conjonction de la croissance du marché des smartphones Android bon marché et de l’abaissement des coûts des données sur les marchés du Nigeria, du Mexique, de l’Inde ou de l’Indonésie permettra aux populations d’avoir un meilleur accès à l’Internet mobile.

 

 

 

 Lire l'article

 

Source : ZDNet

 

 

 

 

Aperezo #61 : ouverture des inscriptions

Le mardi, 26 novembre 2019. Posté dans Archives Rezopole

Aperezo #61 : ouverture des inscriptions

Lasotel et Rezopole ont le plaisir de vous convier à la 61ème édition de l’Aperezo.

Rendez-vous le mercredi 11 décembre au Burger & Wine Confluence, à partir de 18h30.


 Attention : le nombre de places étant limité, l'inscription est OBLIGATOIRE.

Pour des raisons d'organisation et de sécurité, toute personne non munie de sa confirmation nominative d'inscription * se verra refuser l'accès à l’événement.


* Confirmation nominative transmise ultérieurement par courriel

 

 

Je m'inscris

 

En vous inscrivant, vous acceptez, si vous apparaissez sur les photos prises lors de l'événement, que celles-ci soient publiées sur notre site, les réseaux sociaux et le site de notre partenaire.

 

 

 
À propos de notre sponsor

LASOTEL est un opérateur d'infrastructures réseaux et de services télécoms qui adresse les marchés wholesale et grands comptes privés/publics.

Il déploie et opère son réseau de fibres optiques sur la région AURA depuis 15 ans et propose des Services de Collecte, Accès Internet/Transit, Voix et Hébergement.

En 2019, son backbone évolue en débit, les flux sont séparés et sa capillarité est renforcée avec plus de 25 NROs Orange/SFR déjà dégroupés ce qui permet de proposer plus de collecte FTTO/FTTE/FTTH/4G.

En cette fin d'année, LASOTEL met à disposition de ses partenaires un nouvel outil Web d'éligibilité et une API.

 

 

 

 

Inscrivez-vous à l'IXPloration #24 !

Le jeudi, 21 novembre 2019. Posté dans Archives Rezopole

Inscrivez-vous à l'IXPloration #24 !

Rezopole a le plaisir de vous inviter le jeudi 12 décembre à la prochaine IXPloration organisée dans ses locaux au 16 rue de la Thibaudière, 69007 Lyon.

 

Cet événement entièrement gratuit sera l'occasion pour vous de découvrir LyonIX, l'IXP / NAP de Lyon.

 

Ainsi seront détaillés lors de cette matinale :

- la partie IXP qui apporte une amélioration des échanges Internet entre les utilisateurs d’un territoire, une baisse des coûts Télécom, ainsi qu'une sécurisation et optimisation du réseau grâce aux routes multiples proposées.

- la partie NAP qui propose aux membres connectés un accès direct aux opérateurs présents et à leurs offres. On y achète ou vend tout type de service Télécom avec une grande flexibilité.

 

Au programme

9h00 – 9h30 : Accueil autour d'un café

9h30 – 10h30 : Présentation de LyonIX :

                         - Avantages économiques et techniques

                         - Solutions de raccordement

                         - Questions et réponses

10h30 – 11h30 : Visite d'un Point de présence LyonIX

 

 

Je m'inscris

 

 

 

 

Participez au RezoGirls 12 !

Le vendredi, 15 novembre 2019. Posté dans Archives Rezopole

Participez au RezoGirls 12 !

Rezopole, en partenariat avec La Cuisine du Web, vous convie le mardi 3 décembre à 18h30 à la 12ᵉ rencontre RezoGirls.

Lors de cette nouvelle table ronde, plusieurs intervenantes échangeront sur le thème « Inégalités dans l’entrepreneuriat : comment, grâce au Numérique, les femmes inversent-elles la tendance ? ». Le débat sera suivi d’un cocktail dînatoire.

 

En dépit d’écarts persistants, certains chiffres illustrent une évolution positive de l’entrepreneuriat féminin en France. Les entreprises dirigées aujourd’hui par des femmes emploient en moyenne 13 personnes de moins que celles dirigées par les hommes, contre 64 personnes de moins entre 2012 et 2014. De même, les disparités entre femmes et hommes entrepreneurs ont tendance à se réduire sur le terrain de la création de richesse.

Cette évolution positive est-elle portée par la révolution Numérique ? Nos quatre intervenantes débattront sur le sujet en se basant sur leur expérience respective et apporteront une analyse pertinente de ce phénomène.

 

ProgrammeLes Toques Blanches Lyonnaises

     18h30-18h45 : Accueil
     18h45-19h00 : Présentation des intervenantes
     19h00-20h30 : Table ronde
     20h30-21h45 : Cocktail - Jacques Lafargue traiteur

 

 

 

Je m'inscris

 


Pour participer aux événements Rezopole, il faut être au minimum membre Silver (gratuit).

 

Intervenantes

Diplômée de Skema Business School en 1993, Beryl Bès créée en 2009 BB-A Conseil, cabinet de courtage en assurance et en crédit. Convaincue du potentiel du crowdfunding comme soutien au développement des entreprises, elle créée MyAnnona en 2014. Cette plateforme propose aux femmes qui entreprennent un accompagnement financier online et présentiel. Co-auteure d'un livre sur le crowdfunding et l’entreprise aux Editions Eyrolles, Beryl est également intervenante chez Force Femmes et 100 000 entrepreneurs et, depuis janvier 2019, Déléguée Générale de la Fondation LDigital.

 

 

Passionnée de nouvelles technologies depuis son plus jeune âge, Alisson Foucault a toujours voulu rendre l’innovation technologique utile. Son intérêt pour les thématiques liées au High Tech l’a conduit à suivre des études d’informatique et à organiser des événements destinés au grand public.

La découverte de la réalité virtuelle est un coup de foudre : ainsi Alisson créé UniVR Studio en 2014 ! Très vite, les clients s’enchaînent, et poussent l’entreprise sur un chemin qui deviendra l’ADN d’UniVR Studio : l’utilisation de la réalité virtuelle pour la formation professionnelle.

 

 

Professionnelle de la communication et de l’organisation d’événements depuis 12 ans, Tiphaine Frugier est spécialisée dans la communication digitale et la digitalisation des entreprises. Le bénévolat associatif, rencontrer les autres et se nourrir de toutes ces expériences, l’a aidé à découvrir ce qu’elle souhaitait réellement : devenir une entrepreneuse ! Elle intègre Girlz In Web avant tout parce que c’est un réseau bienveillant et l’entraide y est permanente. Quoi de plus normal que de mettre en valeur les femmes qui veulent ou font carrière dans le Numérique et les nouvelles technologies !

 

 

Diplômée de l’EPF de Sceaux et de l’Université de Munich, Jade Le Maître fait partie des 20 % d’ingénieures françaises. La robotique entre dans sa vie en 2010 avec son projet de recherche sur l’Interaction Humain-Robot. Elle se lance par la suite dans l’évènementiel robotique et croise alors Max Vallet, avec qui elle fonde Hease Robotics en 2016. Parallèlement, Jade mentore de jeunes pousses du réseau Lyon French Tech et s’investit dans Lyon-is-Ai. Elle est aussi experte évaluatrice à la Commission Européenne sur les projets collaboratifs liés à la robotique et membre du Club Holnest.

 

 

À propos des RezoGirls       

Vous êtes une femme et vous travaillez dans le secteur Réseau & Télécom ou plus largement dans le numérique et vous souhaitez rencontrer d'autres RezoGirls ?

Venez partager votre expérience dans un cadre convivial et décontracté...

 

 
 

 

À propos de La Cuisine du Web 

 
Association indépendante dont le but est de favoriser l’entrepreneuriat Web et Numérique à Lyon, La Cuisine du Web se définit comme un action-tank pour aider les entreprises et les professionnels en favorisant les rencontres dans une ambiance unique et décalée.
 
 

               
 

 

 

 

Rachat de SFR : Altice libéré de ses engagements

Le jeudi, 07 novembre 2019. Posté dans Archives Rezopole

Rachat de SFR : Altice libéré de ses engagements

Lors du rachat de SFR par Numéricable en 2014, la maison-mère, Altice, avait pris un certain nombre d’engagements devant l’Autorité de la concurrence afin de mieux faire passer cette concentration dans les Télécoms. Souscrits pour une durée de cinq ans, ces engagements ne doivent désormais plus être maintenus a estimé le gendarme à l’issue de cette période, le 28 octobre. À une exception près : l’accord de co-déploiement de la fibre en zone très dense conclu avec Bouygues avant le rachat.

 

L’Autorité de la concurrence a donc libéré Altice de plusieurs de ses engagements concernant :

  • l’obligation d’ouvrir le réseau câblé aux autres opérateurs, et de ne pas utiliser les informations dont dispose Altice pour déployer son réseau fibre.
  • l’interdiction de proposer des offres câble dans les agences La Poste avec qui SFR disposait d’un accord de distribution.
  • le maintien d’offres de fibre noire (FON) ou de boucle locale optique dédiée (BLOD) « au moins aussi avantageuses qu’avant l’opération ».

 

En revanche, le gendarme de la concurrence s’est montré plus pointilleux à propos du contrat Faber conclu entre SFR et Bouygues Telecom en 2010. Un accord de co-déploiement du réseau horizontal de fibre optique dans 22 villes situées en zone très dense (dont Paris). D’autant qu’Altice se voyait rappelé à l’ordre en 2017 en raison de « manquements […] particulièrement graves » sur l’exécution de ce contrat. Résultat : une amende de 40 millions d’euros et des injonctions à respecter les engagements de déploiement cofinancés par Bouygues Telecom.

L’Autorité a décidé de lever une partie des injonctions : celles, sans astreinte, imposant à Altice de procéder au raccordement des immeubles concernés par l’accord à compter de la décision de 2017. Le gendarme de la concurrence estime en effet que les intérêts d’Altice sont désormais « alignés avec ceux de Bouygues Telecom » sur le périmètre du contrat Faber. La maison-mère privilégiant désormais le FttH.

En revanche, sont maintenues les injonctions sous astreintes pour le stock d’immeubles qui devaient être fibrés avant 2017. L’Autorité examine les avancées du groupe de Patrick Drahi pour savoir s’il y a lieu de le libérer aussi de ces engagements. Ses conclusions seront rendues « au premier semestre 2020 ».

 

 

 

 

 Lire l'article

 

Source : DegroupNews

 

 

 

 

IPv6 : la France se tourne vers l’UE

Le jeudi, 31 octobre 2019. Posté dans Archives Rezopole

IPv6 : la France se tourne vers l’UE

Début juin, l’AOTA, Association des Opérateurs Télécoms Alternatifs, avait demandé au gouvernement de « se saisir de la transition vers IPv6 et de la préservation de l’équilibre concurrentiel ».

 

La Direction Générale des Entreprises (DGE) vient de lui répondre : « la transition vers ce nouveau protocole de communication apparaît aujourd’hui comme un enjeu majeur de compétitivité et d’innovation ». Cependant, celle-ci affirme que « les capacités d’action du gouvernement en la matière sont cependant limitées par l’absence de base législative l’autorisant à réglementer ce type de ressources, du fait que les adresses IP sont gérées au niveau international par l’ICANN et attribuées directement au niveau européen par le registre Internet européen, le RIPE NCC basé à Amsterdam ».

Pour apporter une solution, « les autorités françaises vont proposer à la présidence du Conseil de l’Union européenne qu’elle mette à l’agenda d’un groupe de travail du Conseil “Télécommunications et société de l’information” la question de la transition vers l’IPv6 et qu’elle se saisisse de l’Organe des régulateurs européens des communications électroniques (ORECE) pour avis sur ce dossier ».

 

Malgré une « timide réponse », l'AOTA se félicite que l’État prenne la question au sérieux. La DGE rappelle également que l'Arcep peut jouer un rôle d’appui pour faciliter la transition vers IPv6, et qu’une « “task force” sera prochainement mise en place par l’Arcep sur ce sujet ».

 

 

 

 Lire l'article

 

Source : Next Inpact

 

 

 

 

La Cour d’appel valide la décision de l'Arcep

Le jeudi, 31 octobre 2019. Posté dans Archives Rezopole

La Cour d’appel valide la décision de l'Arcep

Engagé depuis plusieurs années dans le co-financement des réseaux FTTH déployés par Orange, Free contestait plusieurs termes de son contrat avec l’opérateur historique. L’Autorité de régulation avait réglé ce litige en faveur de Free mais Orange en contestait depuis la légalité. La Cour d’appel de Paris a confirmé la décision de l’Arcep dans un arrêté du 26 septembre 2019.

 

Le renouvellement prévu de la durée et des conditions d’accès aux infrastructures d’Orange étaient contestées par Free. L’Arcep a confirmé qu’elles ne permettaient pas de satisfaire les besoins de visibilité et de transparence de Free et a donc imposé à Orange d’accorder un droit d’accès d’une durée définie et d’au moins 40 ans. Dans son arrêté, la Cour d’appel a confirmé que ces conditions ne sont « pas suffisamment précises eu égard au besoin de visibilité de la société Free sur la durée effective de ce droit ».

Par ailleurs l'Arcep a estimé qu’il était justifié et raisonnable pour Free d’obtenir des éléments de visibilité sur la formation des tarifs d’accès aux réseaux FTTH d’Orange en zones moins denses d’initiative privée. Ce que la Cour d’appel a également appuyé en indiquant que ces tarifs étaient « directement lié aux conditions financières de l’offre, dont il tend à garantir le caractère équitable ».

Enfin, l’Autorité de régulation a estimé que l’opérateur historique devra permettre à Free de raccorder les stations de base mobiles en zones moins denses d’initiative privée via les fibres optiques surnuméraires du réseau FTTH déployé par Orange et cofinancé par Free. Un point n’ayant pas fait l’objet d’une contestation d’Orange dans le cadre de son recours.

 

En outre, la Cour d’appel de Paris a estimé que la décision ne portait pas atteinte au secret des affaires et confirmé l’analyse de l’Arcep. Et relevant ainsi que les informations qu’Orange doit fournir à Free en application de la décision « se caractérisent par leur très fort degré d’agrégation, tant géographique que par postes de dépenses ».

 

 

 

 

 Lire l'article

 

Source : Le Monde Informatique

 

 

 

 

Kosc s’offre quelques semaines de sursis

Le mercredi, 23 octobre 2019. Posté dans Archives Rezopole

Kosc s’offre quelques semaines de sursis

L’opérateur wholesale-only Kosc est sur la sellette. Son président, Yann de Prince, a confirmé qu’il ne reste plus que quelques semaines pour trouver une issue à ses problèmes financiers lors de son audition début octobre par le Sénat.

« L’entreprise n’ayant pas encore atteint l’équilibre d’exploitation, ne pouvant donc en principe pas convaincre le tribunal de sa capacité à poursuivre son activité, la logique commandait en effet que nous procédions, non à une cessation de paiement, mais à la liquidation pure et simple », a expliqué le dirigeant de l’opérateur de gros alternatif.

« Le processus que j’ai engagé ouvre à l’entreprise un délai fort bref, de deux mois, pour essayer de surmonter ses difficultés » a-t-il fait savoir. Yann de Prince a mandaté la banque d’affaires Rothschild, début septembre, afin de « trouver des investisseurs ou tout partenaire qui pourraient contribuer à sauver ou reprendre l’entreprise ».

« L’issue du processus initié au début du mois de septembre est fixée à fin octobre 2019. Il pourra être prorogé de deux mois. Sa condition principale tient au paiement des prochains salaires. Ce paiement dépend lui-même d’un nouvel engagement des actionnaires ou de la levée des saisies de SFR. Si l’un ou l’autre ne se réalise pas, nous n’éviterons probablement plus l’écueil de la liquidation », a précisé le patron de Kosc.

 

En proie à de graves problèmes de trésorerie, l’opérateur a en effet vu son horizon s’obscurcir considérablement ces dernières semaines. L’incertitude pèse sur l’opérateur suite à la décision défavorable de l’Autorité de la Concurrence concernant la reprise du réseau DSL de Completel, auparavant détenu par SFR, et le retrait de l’un de ses investisseurs majeurs, la Banque des territoires.

« Kosc se trouve à cette heure dans une situation de blocage. Le 27 septembre 2019, instrumentalisant la décision de l'ADLC en plein processus de discussion avec les créanciers, SFR a en effet procédé à une saisie conservatoire des comptes et de l’ensemble des créances clients de l’entreprise. Kosc ne dispose ainsi plus d’aucune liquidité. Des huissiers se présentent régulièrement dans nos locaux. Dès la fin du mois d’octobre, elle sera confrontée au problème du paiement des salaires sauf intervention supplémentaire de nos actionnaires », a fait savoir le directeur du contrôle financier et des affaires réglementaires de Kosc.

 

L’heure est désormais à l’urgence. « La situation de Kosc est aujourd’hui simple : soit dans les prochaines semaines, les actionnaires seront suffisamment convaincus et décideront d’apporter les fonds suffisants permettant à l’entreprise de retrouver une certaine marge de manœuvre, nécessaire à la mise en place d’une solution pérenne, soit l’entreprise sera liquidée ou cédée », a expliqué son président.

D’autant que OVH, l’un de ses investisseurs historiques, pourrait bien jouer la fille de l’air puisque les activités télécoms ne font plus office de priorité pour lui.

Mais l’opérateur ne manque pas de prétendants à sa reprise. Le président de l’opérateur a ainsi fait savoir « En dépit d’une situation des plus défavorables, malgré l’urgence dans laquelle il est demandé à ces possibles partenaires de se positionner, seize [candidats] se sont d’ores et déjà manifestés » en précisant qu’il s’agit majoritairement de partenaires industriels.

Bouygues Telecom et Iliad pourraient être candidats à cette reprise. Une information à prendre encore au conditionnel, mais qui pourrait sembler plausible alors que les deux opérateurs ont des vues sur ce marché juteux.

 

 

 

 Lire l'article

 

Source : ZDNet

 

 

 

 

Le guichet France THD rouvre ses portes

Le mercredi, 23 octobre 2019. Posté dans Archives Rezopole

Le guichet France THD rouvre ses portes

Le gouvernement a annoncé de nouveaux financements pour les réseaux publics de fibre optique. Depuis deux ans les collectivités et les industriels de la fibre réclament cette réouverture du guichet de subventions aux Réseaux d’Initiatives Publiques. Celle-ci se fera toutefois au compte-gouttes puisque seulement 140 millions d’euros y seront affectés en 2020. Une somme issue des économies réalisées sur les programmes lancés précédemment, à la faveur d’économies d’échelle sur les travaux de déploiement mais aussi de l’appétit croissant des investisseurs privés pour ces projets très rémunérateurs.

 

Des fonds restant toutefois bien loin des besoins estimés pour compléter, ou presque, le déploiement en fibre optique sur quelque 25 départements d’ici 2025. Parmi ceux n’y trouvant pas leur compte, la Fédération Nationale des Collectivités Concédantes et Régies. Jean-Luc Sallabery, en charge du département numérique de la FNCCR, a réagi et pour lui l’enveloppe annoncée par le gouvernement n’est pas « à la hauteur de l’enjeu ». Il y a quelques jours seulement, la Fédération réclamait un abondement du guichet à hauteur d’un milliard d’euros.

Cela devrait couvrir environ 20 % du montant nécessaire aux 3 millions de lignes de fibre optique restant à déployer. Soit relativement peu au regard des 36 millions de locaux français, mais « ce sont les plus compliquées, avec un coût prévisionnel est de 1 500 – 1 600 euros à la prise. Soit un coût total de 4,5 à 5 milliards d’euros », calcule Jean-Luc Sallabery. Il se désole ainsi de la “double peine” infligée aux territoires : des déploiements sur fonds privés en AMEL, dont il doute qu’ils soient réellement achevés, et des financements réduits pour les collectivités ayant choisi de conserver le modèle RIP.

 

L’arithmétique gouvernementale suscite d’autant plus d’interrogations qu’elle ne cadre pas avec la dynamique des projets en cours. Ainsi, si l’Avicca, l’association des collectivités pour le Numérique, à crier “victoire” suite à cette annonce, c’est en réalité pour mieux pointer les efforts qui devront immédiatement être consentis. « Les parlementaires devront impérativement se mobiliser dans le cadre du projet de loi de finances pour permettre à l’ensemble des premières demandes, prêtes à être déposées, d’être accompagnées », souligne-t-elle. Coût estimé : 322 millions d’euros supplémentaires.

Une enveloppe additionnelle que les députés devront débloquer sous peine d’assister à une “foire d’empoigne” entre des territoires qui, pour lancer leurs projets, n’auront pas le loisir d’attendre d’hypothétiques économies prévient Ariel Turpin. L’État compte réaliser ces économies au fur et à mesure en recyclant les crédits non utilisés, afin de rassembler les 4 à 500 millions qu’il estime nécessaires. Cette mécanique doit permettre au gouvernement de rester dans le budget initialement dévolu au guichet France THD soit 3,3 milliards. Mais de son côté l’association des collectivités pour le Numérique continue de le juger sous-évalué pour apporter la fibre optique sur l’ensemble du territoire.

 

En revanche, pour InfraNum ça passe. « J’abonde au discours gouvernemental. Il y a des économies qui sont faites dans les déploiements, et l’enveloppe des 3,3 milliards devrait effectivement suffire pour assurer la totalité des demandes collectivités territoriales » réagit Étienne Dugas, le président de la Fédération des industriels du Très Haut Débit.

La relative modestie des 140 millions d’euros promis dans un premier temps ne l’émeut pas outre-mesure. « Ce n’est pas un problème d’argent. Pour les prises qui restent, il suffit de les lancer en concession et la demande de subventions sera quasi nulle », tranche-t-il.

« Ce qui était important, c’était de rouvrir le guichet pour pouvoir instruire les dossiers », conclut le patron d'InfraNum. Par ailleurs satisfait d’une autre annonce, celle de la signature du contrat stratégique de filière infrastructures du numérique « d’ici à la fin de l’année ».

 

 

 

 Lire l'article

 

Source : DegroupNews

 

 

 

 

5G : l'ombre de Huawei plane en Europe

Le mercredi, 16 octobre 2019. Posté dans Archives Rezopole

5G : l'ombre de Huawei plane en Europe

Dans un rapport publié avec l’Agence européenne pour la cybersécurité sur la sécurisation des réseaux 5G, la Commission européenne a prévenu les États membres de l’UE de la dangerosité de la nouvelle technologie de télécommunication sans fil. Pour la Commission, le déploiement de la 5G risque de « créer un nouveau paradigme de sécurité rendant nécessaire une réévaluation de la politique actuelle et du cadre de sécurité applicable au secteur et à son écosystème et indispensable pour que les États membres prennent les mesures d’atténuation nécessaires ».

 

Plus en détail, ce rapport préconise de revoir la conception actuelle des réseaux 3G et 4G et met en garde contre le recours à un fournisseur unique, particulièrement ceux n’étant pas basés dans l’Union européenne sans toutefois prononcer le nom de Huawei. « Le rôle accru des logiciels et des services fournis par des fournisseurs tiers dans les réseaux 5G conduit à une plus grande exposition à un certain nombre de vulnérabilités qui peuvent découler du profil de risque des fournisseurs individuels ».

 

La Commission européenne explique également « Si la technologie et les normes des réseaux 5G apporteront également certaines améliorations en matière de sécurité par rapport aux générations précédentes, plusieurs défis importants découlent des nouvelles caractéristiques de l’architecture du réseau et de la vaste gamme de services et d’applications, qui pourraient à l’avenir dépendre largement des réseaux 5G. […] D’importantes failles de sécurité, telles que celles qui découlent de mauvais processus de développement de logiciels chez les fournisseurs d’équipement, pourraient faciliter l’insertion malveillante par les acteurs de portes dérobées intentionnelles dans les produits et les rendre plus difficiles à détecter. Cela peut accroître la possibilité que leur exploitation ait un impact négatif particulièrement grave et généralisé ».

 

Il est ajouté dans le rapport que les pays membres de l’UE ne devraient pas juger les fournisseurs de réseaux 5G à leurs seules qualités techniques et les évaluer sur la base des « vulnérabilités non techniques liées aux réseaux 5G », telles que le pays du fournisseur n’ait « aucun contrôle et équilibre législatif ou démocratique en place, ou en l’absence d’accords de sécurité ou de protection des données entre l’UE et le pays tiers donné » ou que la structure du propriétaire du fournisseur et la capacité pour son propre pays à « exercer toute pression, notamment par rapport à la fabrication du matériel ». Si le nom de Huawei n’est pas prononcé, impossible de ne pas y penser…

 

Dans la foulée, Huawei s’est une nouvelle fois défendue de toute ingérence par les autorités chinoises « Nous sommes une entreprise 100 % privée, détenue à 100 % par ses employés, et la cybersécurité est une priorité absolue : notre système d’assurance de la cybersécurité de bout en bout couvre tous les domaines de processus, et notre solide expérience prouve qu’il fonctionne ».

 

Nul ne dit que la Commission répondra à cette main tendue puisqu’elle a semble-t-il également décidé de balayer une autre option proposée par Huawei. En effet, le constructeur chinois avait indiqué pouvoir se contenter de n’intervenir que sur des parties jugées moins sensibles des futurs réseaux 5G des pays membres de l’UE.

 

Les prochaines étapes de réflexion de l’Union européenne déboucheront sur la publication d’une panoplie de mesures d’atténuation pour faire face aux risques identifiés en matière de cybersécurité aux niveaux National et de l’Union d’ici au 31 décembre 2019. Enfin, les États membres devraient évaluer les effets de la recommandation afin de déterminer s’il y a lieu de prendre de nouvelles mesures d’ici au 1er octobre 2020. Cette évaluation devrait tenir compte des résultats de l’évaluation européenne coordonnée des risques et de l’efficacité des mesures.

 

 

 

 Lire l'article

 

Source : ZDnet

 

 

 

 

Les RezoGirls à l’honneur !

Le lundi, 07 octobre 2019. Posté dans Archives Rezopole

Les RezoGirls à l’honneur !

CFAST, éditeur de progiciel à destination des opérateurs Télécom alternatifs, a mené l’enquête sur les raisons de la pénurie de talents féminins dans l’univers des Télécoms, et plus largement celui du Numérique.

 

Dans ce dossier intitulé « Les Télécoms au féminin : liberté, égalité, parité ? », vous pourrez découvrir :

  • un panorama historique des pionnères du secteur
  • les entreprises et associations œuvrant aujourd’hui pour la promotion des femmes dans le Numérique
  • le portrait de professionnelles : leurs parcours et leurs actions pour faire bouger les choses

 

Retrouvez la tribune consacrée aux RezoGirls en cliquant ici. Pour télécharger le dossier complet, cliquez sur ce lien.

 

 

 

 

 

 

FaLang translation system by Faboba